Balade au Domaine de Chamarande

Situé à 35 km au sud de Paris et facilement accessible, le Domaine de Chamarande est un véritable havre de paix. Outre son superbe parc qui s’étend sur 98 hectares et son château du XVIIe siècle, il offre à ses visiteurs une multitude d’activités, surtout à la belle saison. Je vous invite vivement à le découvrir si ce n’est déjà fait !

L’histoire du Domaine de Chamarande est passionnante, marquée par des temps de splendeur et d’abandon.

Une histoire mouvementée

Château de Chamarande

Au début du XVIIe siècle, François Miron, initiateur de l’assainissement de Paris et financeur des travaux de l’Hôtel de Ville, fait réaliser l’actuel corps central du château. Entre 1644 et 1648, Anne de Baillon, veuve de François Miron, entreprend la construction de deux pavillons latéraux. Les travaux reprennent ensuite en 1654 avec Pierre Mérault.

Le Domaine connaît son apogée sous l’Ancien Régime avec Louis de Talaru qui fait appel, de 1739 à 1763, aux services de l’architecte et dessinateur de jardins Pierre Contant d’Ivry pour aménager les abords du château et créer un jardin à la française. Vers 1782, César-Marie de Talaru transforme le parc en jardin à l’anglaise : les parterres, bois et bosquets sont remplacés par des prairies, les allées droites par des chemins sinueux, les étangs préférés aux bassins…

Après la proclamation de la succession des Talaru au milieu du XIXe siècle, la vente par lots d’une grande partie des terres amène une profonde modification du fonctionnement du Domaine. Les propriétaires qui ne peuvent assumer les charges importantes d’entretien alternent période d’exploitation, d’aménagement voire d’abandon.

En 1852, René Robineau achète puis revend des parcelles et fait abattre une partie des arbres. Puis Jean-Gilbert Victor Fialin, Duc de Persigny, reprend les choses en main. Il fait appel à l’architecte Eugène Godeboeuf pour construire une galerie au rez-de-chaussée du château et au paysagiste Paul de Lavenne, Comte de Choulot, pour réhabiliter le parc. A la fin des années 1870, Anthony Aristide Boucicaut, passionné d’agronomie et de nature, fait transformer les marais en pâturages, construire une ferme d’été et un chenil.

Des Scouts de France au projet utopique d’Auguste Mione

A partir de 1922 et jusqu’en 1951, l’association des Scouts de France a la jouissance du Domaine qui devient un lieu de formation. Occupé par les Allemands puis réquisitionné par les Américains et les Forces Françaises intérieures, le Domaine est constitué en 1946, par Marthe James Hyde et ses filles, en Société Civile Immobilière dont Scylla Mione est nommée administratrice unique en 1957. Son père, Auguste Mione, entrepreneur en bâtiment, est le dernier propriétaire privé. Il rénove le site, construit des logements pour ses employés et installe de nombreux équipements socio-culturels ouverts à tous. En 1972, sa société est mise en liquidation et le Domaine est à nouveau laissé à l’abandon.

Le site patrimonial et culturel du Conseil départemental de l’Essonne

Parc de Chamarande

En 1977, le Préfet de l’Essonne demande le classement du Domaine. Un an plus tard, le Conseil départemental de l’Essonne l’acquiert et engage d’importants travaux de restauration : réhabilitation du parc, installation des Archives départementales dans la cour des communs et réalisation d’un silo de 30 mètres de profondeur avec une capacité de 35 kilomètres de documents pour stocker les neuf siècles d’histoire essonnienne, restauration du clos et du couvert du château. Il crée également en 2001 le Fonds départemental d’art contemporain.

De nombreuses activités et expositions

Chaque année, le Domaine propose de nombreuses activités culturelles et expositions d’art. L’entrée est libre et la programmation gratuite.

Du 27 mai au 1er septembre 2019, vous pourrez découvrir au château l’exposition Off Grand Concourse, une rétrospective du photographe et cinéaste américain Jerry Schatzberg qui a travaillé pour Vogue, Esquire, Glamour… dans les années 50 et 60. Il a obtenu la Palme d’or au Festival de Cannes en 1973 pour son film L’épouvantail…

En juin et en juillet, des spectacles de danse, des concerts sont organisés. En août, du cinéma en plein air est proposé chaque samedi soir dans le cadre du Festival Cinéma Paradiso.

Je vous laisse découvrir toute la programmation sur le site du Domaine :

http://chamarande.essonne.fr/

Balade au Domaine de Chamarande

On peut aussi juste flâner dans le parc, labellisé « jardin remarquable » depuis 2005. Des tables de pique-nique, des hamacs… sont à la disposition des visiteurs. Aux beaux jours, un foodtruck s’installe dans l’enceinte du château durant le week-end. Idéal pour se restaurer et prendre un verre !

Ouvert toute l’année, tous les jours, à partir de 9 h (seule l’heure de fermeture varie en fonction des saisons), le Domaine est facilement accessible par :

  • le RER C (Direction Etampes), station Chamarande (la gare se situe à 200 m de l’entrée principale),
  • la N20, sortie Etréchy-Chamarande.

Domaine départemental de Chamarande – 38 rue du Commandant Arnoux – 91730 Chamarande


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *